Conférences du Mardi – 2014-2015

Les conférences du GVEP ont lieu au Lycée Jean De Lattre de Tassigny à la Roche-sur-Yon. leur fréquence est variable (4 conférences annuelles environ) et se déroulent un mardi soir entre 20h30 et 22h, dans l’amphithéâtre du lycée (150 places).

Elles sont gratuites et ouvertes à tous. Elles sont destinées à un public adolescent/adulte intéressé par l’archéologie mais sans connaissance particulière du sujet. Elles sont assurées par des professionnels de l’archéologie ou des spécialistes reconnus par la communauté scientifique.

La thématique de la saison 2014-2015 était :

Du silex, du bronze et du verre :
des matériaux revisités par des travaux régionaux récents

 

Mardi 4 novembre 2014

Un monde si parfait :
une chronique de la néolithisation atlantique

par Grégor MARCHAND, Archéologue – Chercheur au CNRS

Cette conférence avait initialement été annoncée pour le 4 février 2014

Certains préhistoriens s’ingénient à décrire l’univers des chasseurs-cueilleurs paléolithiques ou mésolithiques en des termes élégiaques, l’adoption des pratiques agro-pastorales marquant l’inéluctable chute du Paradis perdu. D’autres chercheurs, à l’inverse, voient dans le Néolithique la fin des Ténèbres…

Ces visions caricaturales disent bien toute la difficulté à penser cette inflexion majeure de l’Histoire des sociétés humaines. Il n’y a pas une cause à la néolithisation, mais une multitude de facteurs en œuvre dans des environnements particuliers.

Lors de cette conférence, nous tenterons de comprendre la rupture des modes de vie traditionnels des chasseurs, pêcheurs et collecteurs du Mésolithique dans l’Ouest de la France. De nombreuses fouilles récentes et un cortège de nouvelles datations par le radiocarbone sont venus chambouler notablement nos connaissances sur ces populations du 6ème millénaire avant notre ère.


Mardi 9 décembre 2014

L’utilisation de la pierre à l’aube de la métallurgie :
l’exemple du site de la République à Talmont-Saint-Hilaire en Vendée

par Lolita ROUSSEAU, Archéologue – Doctorante à Nantes

Dès le 19e siècle, la théorie des trois âges de C.-J. Thomsen (1837), ceux de la Pierre, du Bronze et du Fer, pouvait laisser penser que chaque matériau était strictement remplacé par le suivant. Or, il est aujourd’hui admis que la pierre a continué d’être utilisée à l’âge du Bronze. Dans le nord-ouest de la France, plusieurs études récentes et en cours portent sur un large spectre d’objets lithiques du Campaniforme (culture de fin du Néolithique et du début de l’âge du Bronze reconnue à l’échelle européenne) et de l’âge du Bronze en général : silex taillés (dont les armatures de flèches), objets en pierre polie, macro-outils et outils de métallurgistes, provenant de sites aussi bien domestiques que funéraires.

Cette conférence souhaite interroger les liens qu’entretiennent les différentes productions lithiques au travers de synthèses ou d’études de cas exemplaires, dont celle du site campaniforme de la République à Talmont-Saint-Hilaire ayant fait l’objet d’une fouille archéologique récente. Il s’agira d’observer les modalités d’approvisionnement et de gestion des ressources, mais aussi de caractériser les assemblages lithiques d’un point de vue typologique et technologique, en fonction des contextes archéologiques et géologiques. Il s’agira également d’aborder la place du tailleur et de la pierre dans ces sociétés faisant face à de nouveaux matériaux et de cerner une partie des activités pratiquées, des besoins fonctionnels, des contraintes et/ou attentes culturelles, auxquels le mobilier lithique permet de répondre.



Mardi 3 février 2015

L’âge du bronze dans les Pays de la Loire :
actualité de la recherche

par Sylvie BOULUD-GAZO, Archéologue – Université de Nantes

Les données archéologiques concernant la période de l’âge du Bronze (v. 2200 – v. 800 avant J.-C.) dans les Pays de la Loire sont très inégalement réparties. Certains domaines, comme celui des productions métalliques, ont livré des informations abondantes, alors que d’autres, comme les contextes funéraires et les habitats, sont beaucoup moins bien documentés. Le développement de l’archéologie préventive et la mise en place récente de travaux de recherche ont permis d’établir un bilan des informations actuellement disponibles et de définir des axes de recherche prioritaires.

Dans un premier temps, nous présenterons une rapide synthèse des données archéologiques disponibles pour la période en les replaçant dans un contexte géographique et chrono-culturel plus large. Dans un deuxième temps, nous mettrons l’accent sur quelques recherches actuelles comme, par exemple, le projet de fouilles programmées sur la nécropole des Ouches à Auzay (85).



Mardi 31 mars 2015

L’histoire du verre,
pour plus de transparence

par Sophie CORSON, Archéologue – Historial,
et Michel RIFFÉ, Ingénieur – GVEP

Le verre a une texture particulière qui en fait un matériau bien différent des autres.

Des grandes inventions issues des arts du feu, il est sans doute le moins connu et le moins reconnu. De part la qualité plus ou moins bonne de ce matériau en fonction des époques, fruit de mélanges de minéraux dosés de façon plus ou moins adéquate, le verre ne s’est banalisé et n’a connu une utilisation industrielle et commerciale que très tardivement, à l’époque moderne.

Des objets de parures se retrouvent cependant sur les sites archéologiques dès la Protohistoire. De magnifiques verreries, objets de raffinement et de prestiges, sont régulièrement découvertes en contextes antiques ou médiévaux. Ainsi, les sépultures gallo-romaines de Saint-Médard-des-Prés et de Bouillé-Courdault, dans le Marais poitevin, ont révélé, parmi d’autres, des objets exceptionnels.

La maîtrise croissante, par les artisans verriers, des composants, des mélanges et du feu a permis la mise au point de techniques de plus en plus élaborées : pâte, pression, moulage, soufflage, transparence, coloration…


Archives des conférences des années précédentes

2013-2014

2012-2013

2011-2012

2009-2010-2011