Groupe Vendéen d'Études Préhistoriques

 

Le Groupe Vendéen d’Etudes Préhistoriques a été créé il y a une trentaine d’années à l’initiative de Roger Joussaume. Il a comme objectif principal de faire connaître le patrimoine préhistorique du Centre-Ouest de la France mais aussi des autres régions.

L’association regroupe des professionnels et des bénévoles de l’archéologie. Elle organise des conférences (avec Yves Coppens, Jean Guilaine, Jean-Pierre Mohen, Denis Vialou…), des cours initiés par des archéologues de terrain, des sorties et voyages dans les régions riches en patrimoine culturel.

Elle anime et gère aussi des actions de terrain en participant à des chantiers de recherches (actuellement le tumulus du Péré à Prissé-la-Charrière dans les Deux-Sèvres, immense architecture funéraire du 5e millénaire avant J.-C., la file de pierres dressées du Groah Denn sur l’île d’Hoedic dans le Morbihan, toujours du 5e millénaire avant J.-C.

L’association édite aussi un bulletin annuel en direction de ses 120 adhérents. Elle est ouverte aux professionnels de l'archéologie et aux personnes intéressées par la préhistoire, même sans connaissance particulière du sujet.

L'archéologie préhistorique vendéenne a connu ses premières heures de gloire vers 1840 avec les écrits de l'abbé Baudry, curé du Bernard, une des communes de la principale zone de concentration de dolmens et de menhirs de notre département. Il réalisa le premier inventaire de monuments mégalithiques.

Au début du XXe siècle, le Docteur Marcel Baudouin (qui fut président de la Société préhistorique française) marqua de son empreinte la préhistoire vendéenne par l'étude de plusieurs monuments mégalithiques. Ses fouilles furent souvent suivies de restaurations, selon des théories très personnelles mais il eut en général la sagesse scientifique de dresser des plans avant et après ses travaux.

Les recherches préhistoriques en Vendée connaîtront ensuite un relatif sommeil d'une trentaine d'années. En 1967, Roger Joussaume et Pierre Chaigneau (alors conservateur du Musée des Sables-d'Olonne) relancent le Néolithique vendéen avec l'étude du tumulus du Paradis-aux-Ânes à Jard-sur-Mer puis, l'année suivante, du dolmen de Thiré. Roger Joussaume, alors devenu chercheur professionnel au CNRS ne cessera de former de futurs archéologues et de réunir des personnes intéressées par la préhistoire.

C'est une de ses équipes qui a décidé en 1978 de créer une association de type 1901 pour permettre la diffusion de l'information archéologique auprès du public. En presque trente ans, il y a bien sûr eu des changements au sein de l'équipe dirigeante mais l'esprit de groupe et la volonté de réunir spécialistes et grand public ont toujours été là et les membres du conseil d'administration se retrouvent régulièrement le deuxième samedi de chaque mois (sauf en juillet et août).

Une permanence est aussi assurée le deuxième samedi sauf pendant les vacances scolaires. L'information de nos adhérents, le Bulletin du G.V.E.P. fut d'abord semestriel, puis devint annuel et fut complété, en 1993, par une Lettre d'information. Régulièrement, une conférence est organisée pour le grand public, en partenariat avec Le Manège, scène nationale de La Roche-sur-Yon.

Depuis 1990, le G.V.E.P. a mis en place un cycle annuel de quatre rencontres avec des archéologues professionnels sur des thèmes liés à l'archéologie. Parallèlement, tables rondes et colloques ont été organisés : en novembre 1987, aux Sables-d'Olonne, vingt chercheurs ont confronté leurs points de vue sur un thème international : "Mégalithisme et Société". En juin 1994, un colloque " transversal " a réuni préhistoriens, ethnologues et médecins pour parler de la mort sous différents aspects. Les débats, très riches, ont été publiés en 1995 dans un hors-série intitulé " La Mort, passé, présent, conditionnel."

Le G.V.E.P. est aussi un relais d'informations pour nos adhérents : notre bibliothèque s'enrichit régulièrement grâce aux échanges de publications avec de nombreuses associations archéologiques françaises ou étrangères et nous organisons chaque année des visites d'expositions dans les musées de la région.

Tous ceux qui ont participé à nos traditionnels " voyages de Printemps " gardent des souvenirs émus de l'Ile-de-France, de la Normandie, de la Bretagne, de l'Anjou, du Poitou, de la Charente, du Périgord, du Quercy, de l'Ariège, du Roussillon... Les scolaires ne sont bien sûr pas oubliés et chaque fois que nous sommes sollicités, nous essayons de répondre favorablement aux demandes d'animation. Le G.V.E.P. a d'ailleurs réalisé des mallettes pédagogiques de préhistoire, d'abord avec le Centre départemental de documentation pédagogique de La Roche-sur-Yon. Enfin, l'anniversaire des vingt ans de notre association (1978-1998) a été l'occasion d'organiser une séance décentralisée de la Société préhistorique française avec comme thème " Les enceintes néolithiques du Centre-Ouest de la France ". Les communications de cette séance ont fait l'objet d'un numéro spécial du Bulletin de la S.P.F.